Bien choisir son clavier

Bien choisir son clavier

Le clavier est un composant essentiel pour intéragir avec l’ordinateur. Ces caractéristiques conditionnent aussi le confort d’utilisation du PC.  Autrefois basiques, avec peu de différence entre les modèles, les claviers se sont petit à petit diversifiés. Aujourd’hui il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte. Passons en revue les points importants à connaître pour mieux les choisir.


Sommaire

  1. PAGE 1Un clavier qu’est-ce que c’est ?
  2. Le layout d’un clavier
  3. Catégories de clavier
    1. Basique
    2. Multimédia
    3. Gaming
  4. Les formats de clavier
  5. Les Touches des claviers
    1. Mécaniques
    2. Membrane
    3. Gomme ou chiclet
  6. PAGE 2 – Sélection clavier
    1. Entrée de gamme
    2. Moyenne gamme
    3. Haut de gamme


Un clavier qu’est-ce que c’est ?

Un clavier est un périphérique d’entrée, c’est-à-dire un périphérique qui envoie des données à un ordinateur. Il est composé en fait de multiples interrupteurs électriques. Au minimum un clavier via son microcontrôleur, envoie à chaque touche presser un code spécifique (scan code) à l’ordinateur. Ensuite l’OS attribué à ce code un caractère. J’ai dit au minimum car maintenant beaucoup de fonctions en plus sont ajoutées au clavier (anti-ghosting, rétroéclairage, etc.). 

Le layout d’un clavier

layout US standard

Un clavier a différentes dispositions physiques et logiques des touches, appelé aussi le layout, en fonction du pays visé. La disposition physique, c’est-à-dire l’emplacement des touches, varie principalement selon deux normes: l’ISO (Europe) et l’ANSI (Amérique et Asie). Il y en a d’autres, moins utilisés comme le JIS (Japon). L’ISO a au maximum 105 touches et l’ANSI a au maximum 104 touches (full keys). La disposition logique quant à elle décrit la répartition des caractères sur les touches du clavier. Elle varie en fonction de la langue, Il y a donc ici beaucoup plus de layout logiques que de physiques. Quelques exemples de layout logiques : l’azerty français, le qwerty britannique, le qwertz allemand, etc. 

Changer le layout sans changer de clavier ?

Le layout logique peut être changé très facilement de manière logicielle, à partir de l’OS. Parfois de manière matérielle à partir du clavier, avec des micro-switch (beaucoup plus rarement). Très utile pour les utilisateurs maîtrisant plusieurs layout (par exemple Bépo et qwerty) et tapant sans regarder 😉 .

Catégories de clavier  

Basique

Les claviers basiques font partie bien entendu de l’entrée de gamme, le coût est faible, quelques dizaines d’euros. Si vous ne recherchez pas la fiabilité, la performance et le confort, si votre usage occasionnel se résume à de la bureautique et de la navigation Internet ça fera parfaitement l’affaire. Ils sont en général exclusivement filaires.

Multimédia

Avec plus de fonctionnalités, tel que des raccourcis multimédias, un profil ergonomique, sans fil, etc. le clavier multimédia rend plus confortable l’usage du PC. La qualité et le confort des touches sont meilleures (selon les modèles) qu’un clavier basique. De plusieurs dizaines d’euros à environ 200 euros, le clavier multimédia est très polyvalent.

Gaming

Le clavier gaming est en fait une version multimédia avec des fonctionnalités supplémentaires pour le jeu. Il est également plus robuste et confortable que les autres catégories. Bien souvent équipé de touches mécaniques (idéal voire plus bas), les claviers gaming peuvent proposer beaucoup d’autres avantages :

  • anti-ghosting ou rollover, qui permet la pression simultanée de plusieurs touches sans erreur. Un clavier fonctionne de façon matricielle, avec des lignes et des colonnes. Sans anti-ghosting une touche située au croisement de la ligne et de la colonne ou des touches ont été pressées simultanément, peut être activée.
  • rétroéclairage RGB
  • touches macro, ce sont des touches programmables, une combinaison d’une ou plusieurs touches peut être exécutée avec l’aide d’une seule. Vous avez dit tricheur ?… 😉
  • anti-retour Windows, pour éviter les retours intempestifs sur le bureau Windows en plein jeu
  • câble robuste, gaine isolante épaisse ou tressage en nylon. Le câble peu être parfois détachable, bien pratique pour le changer (plutôt que de changer le clavier)
  • ports USB, pour connecter une souris ou une clé USB par exemple
  • un bon poids pour la stabilité

Ce genre de clavier est parfait pour les utilisateurs qui demandent du confort, de la réactivité et de la robustesse comme les joueurs et même les utilisateurs quotidiens d’un clavier comme les programmeurs. En revanche les claviers gaming peuvent coûter jusqu’à plusieurs centaines d’euros.

Les formats de clavier

Il y a trois formats de clavier : 

  1. le full keys ou toutes les touches, représente le format le plus grand, possède la totale en matière de touches.
  2. le TKL (TenKeyLess) est sans pavé numérique et sa taille représente 80% d’un FullKey.
  3. le compact. Le compact quant à lui fait une taille égale à 60% du format FullKey, le pavé numérique, les flèches ainsi que la rangée de touches les plus hautes (F1, F2, F3…) sont supprimés. Néanmoins toutes ces touches sont accessibles en seconde fonction.

Les Touches des claviers

Il existe différents types de touches pour un clavier, avec des formes, bruit et sensation bien éloignés. Ici seront listées les plus connues et utilisées.

Mécaniques

Clavier mécanique Logitech G213 Prodigy

C’est le type que je préfère et que beaucoup préfèrent, surtout les gamers  😉 ! Ce sont tout simplement des claviers avec des interrupteurs mécaniques indépendants pour chaque touche. A chaque pression de touche, le circuit électrique correspondant se ferme, ceci à la mi-course, ce qui permet donc une rapidité accrue. Il existe beaucoup de types d’interrupteurs mécaniques, pour chaque type la durée de vie, la force d’activation ainsi que la nature du retour tactile sont différentes. Les claviers mécaniques ont la meilleure durée de vie, la meilleure réactivité et retour tactile qui soit. Ces paramètres varient bien entendu avec le type de switch. Par contre ils sont plus chers et plus bruyants, mais la vie est une histoire de compromis…

Le fabricant de référence, Allemand, présent sur le marché depuis très longtemps, se prénomme Cherry. Il y a d’autres fabricants de switch mécanique comme Razer, Logitech, etc. 

Des switchs de toutes les couleurs…

Je vais détailler ci-après les switchs les plus classiques de Cherry, proposés depuis longtemps. Mais Cherry en a rajouté beaucoup d’autres depuis quelques années, suivez le lien pour en savoir plus. Cette liste représente néanmoins tous les différents types de switch que l’on peut trouver sur le marché. Les autres marques en proposent des plus ou moins similaires.

Switch linéaires
Cherry MX Red

Cherry MX Red, ces switchs rouges sont linéaires, c’est-à-dire que pendant toute la course du picot la force nécessaire augmente peu et progressivement. Plus précisément, l’activation nécessite 45g. Endurance de plus de 100 millions d’activations ! Ce sont les linéaires de chez Cherry qui demandent le moins de force. Le switch étant très réactif, la frappe peut être très rapide. En revanche, il n’y a pas de retour en matière de point de contact, donc il faut s’habituer pour ne pas faire d’erreur de frappe. Idéal pour le gaming.

Cherry MX Black

Cherry MX Black, ce sont des switchs linéaires, comme les MX red, mais avec plus de force d’activation. Il ne faut pas moins de 60g, donc ce n’est pas l’idéal pour ceux et celles qui utilisent énormément leur clavier. La frappe peut être fatigante, à force !

Switch tactiles
Cherry MX Brown

Cherry MX Brown, les switchs marron sont tactiles, ils offrent une résistance progressive jusqu’au point de contact. C’est-à-dire qu’il y a un pic de résistance pendant la course du picot. L’activation du contact nécessite 55g et ne génère aucun bruit. Personnellement c’est celui que je préfère, il permet sans bruit d’avoir un retour tactile pour chaque enclenchement du contact, rapide, fiable et précis. Polyvalents, pour le texte et le jeu.

Switch tactiles et auditif
Cherry MX Blue

Cherry MX Blue, ce sont des switchs marron auxquels on a rajouté un clic, un retour auditif au moment du contact. Aussi la force nécessaire pour le contact est réhaussée de 5 grammes soit 60 g. La frappe est très sûre et précise, le retour tactile plus le “clic” permet facilement d’avoir la confirmation de l’activation, c’est parfait pour taper du texte. En revanche, cela génère du bruit supplémentaire par rapport au switch sans retour auditif, ce qui peut gêner certaines personnes. De plus avec ces 60g nécessaires pour l’activation, la frappe peut devenir fatigante, à force !

Membrane

Membrane d’un clavier, avec son circuit imprimé

Les claviers à membrane ont comme leurs nom l’indiquent, des membranes. Plus particulièrement il y en a 3, dont deux sont des circuits imprimés. Quand on presse une touche, la membrane du dessus touche celle du bas, ce qui crée un signal électrique. C’est le clavier le plus répandu, très peu cher et silencieux mais avec une durée de vie, une réactivité et un retour tactile moindre (frappe molle). Ce n’est pas un clavier conseillé pour les joueurs ou encore ceux qui utilisent souvent leur clavier, comme les programmeurs, écrivains, etc.

Gomme ou chiclet

Clavier chiclet CHERRY KC 6000

Ce sont aussi des claviers à membrane mais avec une articulation en ciseau en plus et des touches espacées, très fines, plates et au bord arrondi. Utilisés massivement sur les ordinateurs portables, on les retrouve plus rarement sur les claviers. Le nom chiclet provient d’une marque de Chewing-gum américaine qui a une forme similaire à ce type de touche. On l’appelle également clavier gomme en référence à leur touche souvent molle.

Ce sont des claviers économiques, silencieux avec un bon retour tactile (deux positions différentes que l’on ressent clairement). En revanche, la frappe est toujours molle. La force d’enclenchement est aussi plus importante avec un clavier à membrane classique. Si vous écrivez un SMS par jour ça va, mais si vous écrivez un roman par jour ce n’est pas la même histoire !

Disposition bizarre ?

Vous vous demandez pourquoi les touches d’un clavier sont décalées les unes des autres (chevauchement) ? Tout simplement parce que la disposition des touches des claviers a été calquée sur celle des machines à écrire. A l’origine c’était pour éviter que les bras de la machine a écrire se croisent ! Un lourd héritage qui n’a pas changé depuis. Les inventeurs du standard du clavier ne se sont pas trop creusé la tête ! parce que avouons-le ce n’est pas du tout ergonomique !. Heureusement des rares fabricants conçoivent des claviers parfaitement ergonomiques (touches orthogonales, forme en V, etc.), mais ils sont rares et plutôt chers. 

Rétroéclairage des touches

Le rétroéclairage du clavier peut être très simple, et aller jusqu’à créer des effets de vague ou éclairer certaines zones seulement, par exemple ZQSD. C’est un avantage esthétique et aussi pratique, pour voir les touches dans le noir. Le rétroéclairage est à base de LED, d’une seule couleur jusqu’au RGB, pour pouvoir reproduire une palette de couleurs énorme.

Voir les prix des claviers sur Amazon.

Bien ou pas ?
Total : 1 - Moyenne : 5
Vous avez apprécié cet article ? merci de le partager.

Jean-seb

Fondateur et rédacteur de Config-PC.tech, a travers ce site je souhaite partager mon savoir et ma longue expérience sur le matériels et services autour du monde informatique pour que vous puissiez mieux acheter et utiliser.

Laisser un commentaire