FreeSync

< Retour a l'index du glossaire

Le FreeSync, synchronise en temps réel la fréquence de rafraîchissement de l’écran, sur une plage limitée, aux FPS généré par la carte graphique. Contrairement au V-sync, c’est la carte graphique qui commande l’écran, non l’inverse ! . Cette technologie permet d’abolir le tearing et le stuttering, tout en n’augmentant très peu l’input lag (efficacité variable mais meilleur comparer au V-sync). En bref un confort visuel amélioré est une expérience de jeu plus fluide et réactif.

Il faut évidemment pour en profiter posséder un écran compatible, de plus cela fonctionne avec la norme DiplayPort et HDMI (contrairement a Nvidia pour ce dernier). Le FreeSync est le nom commercial d’AMD du standard de VESA, l’adaptive sync. Ici contrairement à Nvidia, pas de scaler (un convertisseur vidéo) spécial AMD, c’est une solution logicielle. C’est au fabricant d’écran de respecter au moins les normes VESA au niveau du scaler. C’est justement a cause de cette mise en oeuvre très variable que le rendu finale peut parfois être moyen, quant le niveau des FPS sont faible ou avec beaucoup d’input lag d’ajouter.

A la base le FreeSync n’était compatible qu’avec les cartes graphiques AMD. Mais bonne nouvelle depuis janvier 2019 les pilotes Nvidia prennent en charge presque tous les écrans FreeSync. Ce qui élargit de ce fait le choix d’écran pour ces cartes graphiques, je félicite Nvidia pour cette décision !. La marque au caméléon a dressé par ailleurs sur son site, une liste assez restreinte, des écrans certifiés compatibles (appelé G-Sync Compatible). Malgré tout, en pratique, la plupart des écrans adaptative-sync ou FreeSync sont compatibles, avec certes plus ou moins de réussite 🙂 . La seule différence avec les écrans certifier, c’est l’activation, elle doit être manuelle.

Le FreeSync 2, des améliorations bienvenues !

la fréquence de rafraîchissement dynamique pris en charge par le FreeSync dépend de l’écran. En effet cette technologie open source est exploité plus ou moins bien  par les fabricants d’écran. On peut annoncer néanmoins que l’écart maximum en général est de 30 hz et s’étend à 240 hz. Nvidia a aussi un équivalent, le G-Sync, une technologie plus chère et propriétaire. Le G-Sync est plus performant quand les FPS deviennent faible (en dessous de 30 hz les images sont doublées) et sont exploités à 100% sur les moniteurs certifiés grâce à leur scaler maison.

La dernière génération, le FreeSync 2 améliore les lacunes de la version précédente. Avec en plus un coût moindre que la version de la firme au caméléon, on peut dire haut et fort, tambour battant, que la version 2 du FreeSync devient une excellente alternative pour ceux qui recherchent aucun compromis.
Au niveau amélioration pour cette deuxième version :

  • prise en charge du faible frame rate (FPS) appelé LFC (Low Framerate Compensation) qui n’était pas obligatoire avant
  • prise en charge de contenu HDR
  • l’input lag qui était déjà faible a été réduite
  • une meilleure certification pour les écrans compatibles (cahier des charges plus strict)

Pour en savoir plus sur les écrans, vous pouvez consulter le guide sur les écrans PC.


Bien ou pas ?
Total : 1 - Moyenne : 5
Vous avez apprécié cet article ? merci de le partager.