Guide d’achat imprimantes jet d’encre et laser

Guide d’achat imprimantes jet d’encre et laser

Périphériques incontournables, les imprimantes jet encre ou laser, permettent la réalisation de tirages bureautique ou photo avec une grande disparité de qualité et de fonctionnalités. Les technologies jet encre ou laser, sont aujourd’hui mûres, efficaces et économes. Ce guide vous permettra de bien choisir votre imprimante en énumérant et en expliquant tous les critères essentiels.


Sommaire

  1. Page 1 – Est-ce toujours utile une imprimante ?
  2. Technologies d’impression
    1. Imprimante jet d’encre
    2. Imprimante laser
  3. Performances et fonctionnalités de l’imprimante
    1. Vitesse d’impression
    2. Résolution d’impression
    3. Imprimante monofonction et multifonction
    4. Scanner
    5. Interface
    6. Fonctionnalités
  4. Le papier
    1. Les différents types de papier
    2. Détection du papier
  5. La gamme d’imprimante
  6. Page 2 – La sélection d’imprimantes
    1. Imprimantes bureautique
    2. Imprimantes photo


Est-ce toujours utile une imprimante ?

Oui sans aucun doute, mais moins qu’avant assurément. C’est indispensable par exemple si vous souhaitez lire des documents sans interface numérique, réaliser des tirages de photos, envoyer des documents par courrier ou encore archiver des documents sur papier. Par ailleurs ce que je viens d’énumérer concerne seulement la fonction imprimantes, avec les versions multifonctions vous pouvez réaliser encore plus de tâches.

Technologies d’impression

L’éternel débat de la technologie d’impression à préférer, ce n’est pourtant pas sorcier ! Après la lecture du fonctionnement des imprimantes laser et jet d’encre. Ainsi que les avantages et les inconvénients qui en découlent. Vous pourrez au final choisir votre technologie en un clin d’œil 😉 . Bien entendu il existe d’autres types de technologie, comme les imprimantes matricielles mais comme elles sont peu fréquemment utilisées en informatique, je n’en parlerai pas. 

Imprimante jet d’encre

L’imprimante jet d’encre Epson EcoTank 3750 MFP, avec le système sans cartouches EcoTank.

Les imprimantes jet d’encre fonctionnent, notamment comme le nom technique l’indique, par la projection d’encre sur le papier, par le biais d’une tête d’impression.

Tête d’impression

Une tête d’impression sert à éjecter l’encre sur le papier, en bref l’encre sort par des canaux minuscules, les buses.

La tête d’impression peut être :

  • sur les cartouches (exemple HP). L’avantage c’est qu’il faut seulement changer la cartouche au lieu de l’imprimante, si les buses sont complètement bouchées. l’inconvénient c’est le coût plus élevé de la cartouche.
  • au niveau de l’imprimante (exemple Epson). L’avantage c’est le coût moindre des cartouches mais il faut régulièrement imprimer pour préserver la tête d’impression de l’imprimante.
Cartouches d’encre HP 301, la tête d’impression est sur la cartouche. On voit les contacts dorés nécessaires au pilotage de la tête par l’imprimante.

Le nombre de buses d’une tête d’impression dépend de la résolution et du nombre de couleurs gérées. Pour éviter que les résidus d’encre dans les buses ne sèchent, l’imprimante réalise des cycles de nettoyage régulier, si elle est en fonctionnement. Ces cycles gaspillent de l’encre mais évitent que les buses ne se bouchent. Donc pensez à régulièrement la faire fonctionner pour éviter de rendre les têtes d’impression hors-service. Si malgré tout, les buses sont bouchées partiellement ou totalement, vous pouvez utiliser la fonction des nettoyage des têtes de l’imprimante. Malheureusement il n’y a pas de garantie absolue de réussite. Cette fonction se trouve dans le logiciel d’impression ou via le panneau de contrôle.

Fixe ou à balayage

Il y a deux types de systèmes de répartition de l’encre sur toute la largeur du papier. 

  • le type le plus fréquent et historique : la tête d’impression se déplace sur un rail de gauche à droite, tandis que le papier avance à l’aide d’un rouleau.
  • plus récent et exclusif : la tête d’impression est fixe et aussi large que la largeur maximum du papier possible. c’est la technologie HP Page Wide, le papier se déplace sous la tête fixe. Il y a deux avantages : la rapidité et la fiabilité.  
Type thermique

C’est la technologie thermique qui est essentiellement la plus utilisée sur les têtes d’impression jet d’encre. La légende veut qu’un technicien de chez Canon, ait découvert cette méthode en plaçant un fer à souder accidentellement contre une seringue remplie d’encre. En chauffant rapidement, l’encre s’est dilatée et a été expulsée avec vigueur. Il a fait ensuite un rapport à son supérieur hiérarchique… En définitive la technologie thermique commercialisé de nos jours est un peu plus complexe. En fait c’est une résistance électrique minuscule, placée au niveau de chaque buse, qui en chauffant, reproduit le même phénomène. Ce phénomène est dû à une bulle de gaz qui se forme sous la rapide élévation de la température, la surpression qui s’ensuit pousse alors l’encre qui est éjectée.

C’est exactement ce qui se passe quand vous faites bouillir de l’eau, des bulles de gaz se forment et remontent à la surface. On trouve des têtes d’impression thermique chez Canon, HP, Lexmark, etc.

Présentation de la technologie PageWide d’HP, l’éjection de l’encre et de type thermique.
Types piézo

Technologie exclusive à Epson, les têtes d’impression piézoélectrique reproduisent le même effet mais pas avec la même cause. Le quartz est un matériau piézoélectrique. Il a la capacité sous contrainte mécanique de créer de l’électricité. À l’inverse sous impulsion électrique il crée une force mécanique. Vous l’aurez compris, une impulsion électrique alimente l’élément piézoélectrique, qui se déforme, crée une surpression et permet l’éjection d’une goutte.

Présentation de la technologie piézo Epson.

Les cartouches d’encre

Généralités

Les cartouches d’encre avec tête d’impression seront plus chères, mais si la tête est vraiment obstruée à cause de l’encre qui a séché, la réparation est rapide et facile.

Mieux vaut préférer les cartouches à couleurs uniques, c’est-à-dire une cartouche est égale à une couleur. Quand les couleurs sont combinées dans une seule cartouche, si le réservoir d’une seule couleur est vide, toute la cartouche doit être changée, pas très écologique et économique ! Les couleurs n’étant pas consommées de façon égale, cela arrive systématiquement.

Les fabricants proposent sur certains modèles des cartouches grande capacité, appelé XL, elles sont à préférer, car plus économiques et durables.

Plus la goutte expulsée par la tête d’impression est petite, mieux c’est. Elle est exprimée en picolitre, qui correspond à un millième de milliardième de litre ! Actuellement une goutte de 2 picolitres est une bonne performance.

Toute intervention sur les têtes d’impression sera sanctionnée 😉 par leur réalignement automatique. L’imprimante imprime une mire qu’elle analyse grâce à un capteur pour compenser tout décalage géométrique. La compensation est logicielle. Sur certaines imprimantes on peut le faire manuellement, via le panneau de contrôle. 

Imprimer sans cartouches d’encre, c’est possible !

Epson a lancé le concept du sans cartouche, appelé l’EcoTank, grâce à l’adjonction de réservoir d’encre fixe haute capacité sur leur imprimante. Ces réservoirs se rechargent à l’aide de bouteilles d’encre vendues dorénavant par la marque. C’est un concept très économique.

Démonstration du système sans cartouche EcoTank d’Epson

La reproduction des couleurs

Les teintes imprimées sont créées à partir des couleurs primaires. Les gouttes étant rondes et les pixels carrés, il faut multiplier les gouttes, pour avoir un tracé correct. D’autre part pour les pixels colorés, c’est en appliquant côte à côte, des gouttes de différentes couleurs primaires au sein du pixel, que la teinte est créée. En fait c’est tellement petit que le cerveau fait le mélange des couleurs et donne l’impression d’une image continue. Cette capacité à produire des points de taille variable ou de densité variable, et à combinés des couleurs primaires différentes, c’est ce qu’on appelle la trame d’impression. Plus l’imprimante possède de couleur primaire, mieux c’est.

La trame

La trame est donc la combinaison et la juxtaposition de point de couleurs primaires, pour créer toute une palette de couleurs. Le point que je veux souligner c’est la qualité, la performance de l’algorithme de tramage fait partie intégrante de la qualité de rendu d’une imprimante. Deux types de trame existent : la standard ou la stochastique.

  • La stochastique consiste a un dépôt de point plus ou moins important en quantité et une position aléatoire (non prédéfinie), mais de taille identique. Considéré comme meilleur, car les nuances sont plus naturelles.
  • La trame standard consiste a un dépôt de point de taille variable mais de façon ordonnée (même distance entre point).
Les différentes modes de création des couleurs

Les termes employés pour nommer les différents modes de couleurs résultent de la contraction d’un préfixe numérique, qui indique une quantité, et le mot “chromie” qui désigne la couleur.

Trichromie

Le mode trichromique (trois couleurs) créé les différentes nuances à partir du mélange de trois couleurs primaires. Le cyan (du bleu légèrement turquoise), le magenta (un rose vif) et du jaune. Le gris et le noir sont obtenus par mélange plus ou moins dosé de ces trois couleurs. En l’absence de cartouche de noir, la consommation des trois couleurs est bien évidemment plus importante. De surcroît le dégradé de gris ou la profondeur du noir n’est pas de grande qualité. Rarement utilisé de nos jours dans les imprimantes du marché.

Quadrichromie

Le mode quadrichromique (quatre couleurs) c’est le mode trichromique avec une couleur supplémentaire, le noir. Pourquoi donc ? Pour gagner en contraste et en relief, pour un noir et un gris sans domination coloré. Utilisé massivement sur les imprimantes. Appelé aussi par abréviation, CMJN pour Cyan Magenta Jaune et Noir ou CMYK en anglais.

hexachromie

On reprend le mode quadrichromique et on rajoute deux couleurs : le magenta clair et le cyan clair vous obtenez le mode hexachromique, soit six couleurs. Les dégradés sont en particulier plus subtils et plus réaliste. Utilisé sur les imprimantes dédiées à la photo.

heptachromie

Ici on ajoute encore une couleur…roulement de tambour…le gris ! On obtient le mode heptachromique soit sept couleurs. Cette septième couleur permet d’augmenter encore les gradations de couleurs, notamment dans les tons clairs. Utilisée sur les imprimantes dédiées à la photo haute de gamme.

Encore plus !

Il y a même des modèles d’imprimantes, notamment chez Epson, qui proposent 8 ou 10 couleurs. De fait le spectre colorimétrique est étendu. Si on se réfère au préfixe numérique, on peut nommer ces modes respectivement, octachromie et decachromie !

L’encre

La qualité de l’encre fait aussi partie du rendu final. La chimie de l’encre permet des couleurs plus ou moins saturées ainsi qu’un noir plus ou moins profond. La résistance aux UV, à l’ozone et à l’humidité est aussi plus ou moins grande, ce qui impacte la longévité de l’aspect du tirage. Les fabricants créent les couleurs des encres soit par colorants ou soit par pigment (des particules colorées enrobées de résine), la deuxième solution est clairement la meilleure. Il faut toujours préférer les cartouches originales, même si elles sont plus chères, que les cartouches génériques. En matière de qualité, longévité et risque de séchage dans les buses c’est vraiment supérieur.

Consommation d’encre et nombre de pages

En fonction de ce que vous imprimer (textes, illustrations, traits et aplats en tous genres,etc.), la page sera plus ou moins remplie, c’est ce que l’on appelle la couverture de la page. De plus le nombre de cycles de nettoyage que votre imprimante fera, est aussi très variable. Par conséquent le nombre de pages que vous pourrez imprimer, avant que la cartouche ne soit vide, pourra varier fortement ! Avec une cartouche d’encre de contenance standard et une couverture de page moyenne (5%) on peu espérer 300 pages. Avec une capacité XL, 900 pages.

Pour quel usage ?

Si vous cherchez la qualité d’impression, et que la rapidité et la quantité ne vous intéresse pas, avec la réalisation, pourquoi pas, de tirages photos de temps à autre, le jet d’encre est clairement à privilégier. Si vous cherchez à réaliser des tirages photo professionnels, il faudra bien évidemment se tourner vers des modèles jet d’encre hauts de gamme, chez des marques comme Epson, Kodak et Canon. Par ailleurs le coût par page est plus élevé que pour les imprimantes laser. 

Imprimante laser

L’imprimante laser Epson Workforce AL-M320DN

Pour les imprimantes laser, attention ce n’est pas un laser façon guerre des étoiles qui imprime sur le papier 😉 . Elles sont apparues avant les imprimantes jet d’encre. Brièvement l’imprimante laser utilise de l’encre en poudre, le toner, et l’électricité statique pour plaquer ou il faut l’encre. Ensuite l’ensemble est chauffé à l’aide d’une résistance électrique pour faire fondre l’encre, c’est la raison pourquoi le papier sort bien chaud.

Fonctionnement en détail 

Le rayon laser balaye un rouleau (le tambour d’imagerie), à des endroits déterminés par l’impression. Ce rouleau est préalablement chargé électriquement (en négatif). Le but du laser est de supprimer les charges négatives. C’est tout simplement un négatif qui est dessiné sur le rouleau. Ensuite le toner chargé négativement va se plaquer à l’aide d’un autre rouleau sur le rouleau ou le fameux laser a fait son balayage, précisément là ou il est passé. Le toner est ensuite repoussé par les charges négatives et ne l’est pas là où il n’y a plus de charge !

Le papier qui lui est chargé positivement, va passer sur le rouleau chargé négativement ou le toner s’est fixé sur le négatif de l’impression. Le toner au contact du papier va se fixer sur celui-ci. Pour finir le papier va passer sur un autre rouleau chauffant, dans le but de faire fondre l’encre en poudre et ainsi de la fixer à jamais. A noter que le rouleau est chauffé à plus de 150 degrés ! C’est le même principe de fonctionnement pour le thermolaquage utilisé par exemple pour peindre des jantes de voiture ou parfois des boitiers PC. En bref projection de la poudre thermodurcissable, charge électrostatique différente et passage au four à 200 degrés pour faire fondre le tout.

Laser et couleur

Ce processus est répété pour chaque couleur à reproduire, par conséquent les imprimantes laser couleur sont plus lentes que les versions monochromes. Cela reste plus rapide que les imprimantes jet d’encre, sauf pour celles équipées de têtes d’impression fixes (page wide HP). Les imprimantes laser ce cantonne a la quadrichromie (voir plus haut), leur faiblesse étant la reproduction de photo et d’illustrations.

Toner et tambour

Cartouche toner Canon EP-27

Une cartouche de toner est le réservoir d’encre en poudre de l’imprimante laser. La poudre est constituée de très petites particules de matière plastique et de résine, voire de pigments pour la couleur. Elles peuvent être noires mais aussi magenta, jaune et cyan, des couleurs primaires. Une cartouche de toner peut imprimer entre 1000 à 30 000 pages.

Tambour intégré

Le tambour est le rouleau d’imagerie, la ou le laser va dessiner le négatif de l’impression. La cartouche de toner peut être aussi équipée du tambour d’imagerie, qui est donc changé à chaque fois. Le tambour peut être aussi séparé, à changer régulièrement ou fixe pour les imprimantes bas de gamme. Si le tambour est séparé, il faut le changer après l’impression de 30 000 à 100 000 pages.

Mieux vaut l’orignal que la copie

Comme pour les cartouches d’encre, il est préférable de se tourner vers les cartouches de toner de marque originale pour une histoire de qualité. Attention une cartouche toner est plus chère en moyenne qu’une cartouche jet d’encre, mais elle permet d’imprimer beaucoup plus de pages. 

Pour quel usage ?

Si vous devez imprimer beaucoup de pages par mois pour un usage strictement bureautique, la technologie laser est à privilégier. Ce sont des imprimantes très rapides, fiables et économes. De plus si vous n’utilisez pas l’imprimante, pas de soucis de tête d’impression bouchée ! Malgré tout la qualité n’est pas au rendez-vous pour les illustrations et autres photos. Mais à résolution égale le texte est de meilleure qualité qu’une imprimante jet d’encre. La consommation électrique et le bruit sont également plus élevés qu’une jet d’encre.

Performances et fonctionnalités de l’imprimante

Les critères de performances d’une imprimante dépendent de sa vitesse, de sa résolution, de la technologie des cartouches ainsi que le mode de reproduction des couleurs. Vous retrouvez toutes ces valeurs dans la fiche technique. Une bonne compréhension de ces éléments vous permettra de sélectionner l’imprimante avec une performance en adéquation avec vos besoins.

vitesse d’impression

La vitesse d’impression est mentionnée en pages imprimés par minute. Plus la qualité d’impression sera réglée comme faible, plus l’imprimante imprimera rapidement et ce quel que soit le modèle. Si vous souhaitez une impression rapide et de qualité, il va falloir opter pour des modèles d’imprimantes haut de gamme.

Résolution d’impression

Spécification essentielle, la résolution, pour une jet d’encre, indiquent le nombre de points d’encre par pouce que l’imprimante peut déposer sur le papier. Pour rappel un pouce vaut 2.54 cm. Pour la technologie laser c’est le nombre de points par pouce que le faisceau laser peut dessiner sur le rouleau en supprimant les charges négatives. La résolution est exprimée soit en dpi (dot per inch) soit en ppp (point par pouce), c’est juste une affaire de langue.  

La taille ne fait pas tout

En théorie plus la résolution est élevée mieux c’est, mais en pratique ce n’est pas le cas. D’autres facteurs comme la taille des gouttes, le nombre de nuances, la qualité de la mécanique et du pilotage, la trame, etc. comptent autant. D’ailleurs une imprimante qui réalise des tirages photoréalistes, c’est d’abord une imprimante avec une parfaite reproduction des couleurs. Bien sûr quand il y a un très grand delta en matière de résolution entre deux imprimantes, la différence de piqué le sera tout autant. Une résolution faible sera représentée par des effets de crénelure et de grain (pixellisation). L’imprimante étant incapable d’imprimer toutes les informations de l’image originale, le rendu sera donc fortement dégradé.

Imprimante monofonction et multifonction

L’imprimante multifonction ou tout-en-un, est une combinaison de différents appareils tels qu’un scanner, un télécopieur et un photocopieur. L’intégration de ces appareils complémentaires, permet un gain de place évident par rapport à un achat séparé. Les imprimantes monofonction deviennent rares avec des prix proches du multifonction. Ce sont souvent des imprimantes hautes performances ou spécialisées. De plus on a toujours besoin à un moment ou à un autre de scanner un document ou le copier (attestation diverse, carte grise, carte d’identité, etc.). Par conséquent je conseille les imprimantes multifonction plutôt que les monofonctions.  

Scanner

Le scanner est un périphérique permettant de numériser des documents, de transformer un support physique en données utilisables par un ordinateur pour en faire une image numérique. Disponible évidemment que dans les imprimantes multifonction. En bref une fente lumineuse parcourt l’entièreté du document. La réflexion lumineuse qui en découle est dirigée vers un capteur CMOS ou CCD, qui permet de faire une photo numérique du document. L’image numérique du document est ainsi constituée, convertie en PDF par exemple. C’est en fait similaire à une photo pris par votre APN. 

Résolution

Le constructeur de l’imprimante indiquera la résolution maximum du scanner. Plus c’est élevé mieux c’est. Avec une haute résolution, vous pourrez tout simplement garder un maximum de détails des documents originaux, un maximum de données sera récolté ! En revanche plus la résolution est élevée plus le fichier sera volumineux. Néanmoins pour un usage exclusivement bureautique, une résolution de 1200*1200 ppp suffit. Si vous faites de la photo, des agrandissements en A4 ou A3 par exemple, une résolution de 4800*4800 ppp ou plus, saura reproduire fidèlement l’original. 

Les résolutions interpolées ne sont surtout pas en prendre en compte ! C’est un gonflage logiciel de la résolution, des pixels sont ajoutés, inventés, du grand n’importe quoi pour ma part ! Ce qu’il faut savoir c’est qu’à partir d’un jeu de données précis, quel que soit l’algorithme, on ne peut pas et ne pourra jamais extrapoler des éléments au point d’imiter la réalité, les éléments qui n’existent pas, n’existent pas, point !  

Format 

Le format désigne la taille du document maximum que vous pourrez scanner. La plupart du temps c’est du A4 (21*29.7cm) parfois du A3 (29.7*42 cm).

Vitesse

Exprimé en ppm ou pages par minute, il montre la capacité de vitesse d’acquisition du scanner en nombre de pages par minute. Comme pour la vitesse d’impression, plus la résolution choisie sera grande, plus la vitesse sera basse.

Interface 

Selon l’imprimante vous pourrez la connecter de différentes manières, avec des avantages propres à chacune des interfaces. Pour en savoir plus sur les câbles informatiques vous pouvez consulter notre guide sur les câbles.

  • l’USB 2.0, le plus fréquent, avec un câble USB type A – B (pas tout le temps fourni), est une connexion simple et immédiatement reconnue. Il faudra bien entendu quand même installer le driver spécifique à l’imprimante.
  • l’Ethernet, grâce à un câble RJ45, permet de mettre en réseau votre imprimante. Ainsi tous les terminaux connectés à votre réseau local pourront se servir de l’imprimante. C’est une connexion filaire mais fiable, sécurisée et sans rayonnement électromagnétique. A connecter à votre Switch ou votre modem routeur.
  • le WI-FI, c’est la même chose que l’Ethernet mais sans fil, donc moins contraignante à utiliser mais avec les rayonnements électromagnétiques qui vont avec ! De plus c’est une connexion moins fiable et sécurisée que l’Ethernet.

Les fonctionnalités

Les fonctionnalités dépendent de la gamme de l’imprimante, comme pour les voitures ou autres choses, plus la gamme est élevée, plus vous êtes servis. En fonction de vos usages elles seront soit capitales, soit accessoires. 

Lecteur flash et USB

Les ports USB hôte et les lecteurs de cartes flash permettent d’imprimer indépendamment du PC, un document ou une photo. Vous pouvez ainsi connecter votre APN, une clé USB ou encore une carte mémoire pour ensuite imprimer les fichiers stockés, s‘ils ont des extensions compatibles.

L’écran de contrôle

C’est un écran la plupart du temps tactile et LCD, qui est essentiel pour accélérer le flux de travail et piloter l’imprimante de façon autonome. Grâce a lui on accède à la plupart des fonctions de l’imprimante, photocopie, scanner, maintenance, etc. Même si l’écran de contrôle se démocratise, il reste généralement disponible à partir des imprimantes moyennes de gamme.

Chargeur de papier

Présent sur les imprimantes multifonction, il permet de numériser ou photocopier plusieurs feuilles à la suite. C’est vraiment pratique et surtout plus rapide que de le faire manuellement pour chaque document. La capacité varie selon l’imprimante, il est de généralement d’une trentaine de feuilles. 

Impression et numérisation recto verso

Comme le titre l’indique, c’est une option qui permet d’imprimer ou numériser sur les deux faces d’une même feuille, de façon automatique. Le recto verso donne lieu à un gain de temps, une économie de papier et donc un meilleur respect de l’environnement. 

Le papier

Le choix du papier est essentiel en fonction de ce que vous voulez faire. D’apparence simple, le papier recèle pourtant une structure et une fabrication complexe.

Les différents types de papier

Ordinaire ou non couché

C’est le papier le moins cher, de base, il n’a reçu aucun traitement, ni finition. A utiliser pour l’impression de document texte (communication et bureautique) de pas grande importance. Le problème de ce type de papier, c’est qu’il est absorbant, un peu comme du papier buvard. Une goutte d’encre se diffuse dans tous les sens le long des fibres, résultat le point est flou. Ce papier consomme plus d’encre que les autres. Vouloir imprimer des photos avec ce type de papier est du gâchis ! La qualité peut être très différente d’une marque à l’autre.

Couché

Papier plus cher, plus dense et lisse, il est conseillé pour l’impression de photos ou de documents illustrés. Le papier couché consomme moins d’encre que la version non couchée. C’est un papier qui a reçu un ou plusieurs traitements de surface (dépôt d’une couche minéral et liant) qui permettent une meilleure qualité d’impression. Le blanc est pur, le papier possède une certaine rigidité, l’encre est peu absorbée et enfin la réflexion de la lumière est contrôlée.

La goutte d’encre va être beaucoup mieux fixée que le papier non couché, résultat le point est net. Il existe en plusieurs finitions :

  • le mat, il possède une surface moins lisse que le brillant, il n’ajoute pas de reflet et fait ressortir les couleurs de l’impression. Conseillé pour les œuvres photographiques.
  • le brillant ou papier glacé possède un brillant élevé, il est très lisse, idéal pour booster le contraste d’une image. Attention cependant au reflet qu’il génère. Conseillé pour les documents de communication (très clinquant)
  • le satiné est un papier très polyvalent, c’est l’entre-deux, ni trop brillant, ni trop brut. Avec sa surface très douce, il est conseillé pour tous types de documents.

Détection du papier

Certaines imprimantes possèdent un système de détection de papier, afin de simplifier toujours plus son utilisation. Le principe de fonctionnement est simple, une LED projette de la lumière sur le papier. En fonction de la nature du papier, couché ou ordinaire, le flux lumineux sera réfléchi différemment. Un capteur analyse la réflexion de lumière pour déterminer quel est le type de papier utilisé.

La gamme d’imprimante

Attention au modèle premier prix, les imprimantes débuts de gamme sont certes attirantes en matière de prix mais outre la qualité et les fonctionnalités, les cartouches d’encre seront systématiquement plus chères ! Les fabricants se rattrapant sur les consommables.


Bien ou pas ?
Total : 1 - Moyenne : 5
Vous avez apprécié cet article ? merci de le partager.

Jean-seb

Fondateur et rédacteur de Config-PC.tech, a travers ce site je souhaite partager mon savoir et ma longue expérience sur le matériels et services autour du monde informatique pour que vous puissiez mieux acheter et utiliser.

Laisser un commentaire